Pianoter ou devenir pianiste?

Dans la rubrique piano, vous avez les 4 premiers chapitres qui sont importants pour comprendre comment vous allez pouvoir suivre la méthode, le détail des objectifs et  pourquoi la méthode va pouvoir vous amener à un grand niveau si vous le désirez. Vous verrez avec qu’elle facilité vous pouvez progresser avec la méthode, les techniques que vous pouvez obtenir et comment vous deviendrez « AUTONOME  » au piano grâce au programme de la méthode. Le chapitre « déchiffrage de partitions » vous montrera également que tout est bien défini et que rien n’est fait au hasard.

Dans ce chapitre, vous découvrez l’intérêt de toujours connaître les objectifs d’une méthode à l’avance afin d’éviter de perdre des mois.

Parfois, des personnes demandent : « Qu’est-ce que votre méthode a de différent ? « 

Il faut se poser la question autrement, qu’elles sont vos objectifs et est-ce que les objectifs de la méthode COLIN, peuvent vous correspondre?

On choisit une méthode parce qu’on a compris où elle va pouvoir nous amener. En effet, c’est la 1ère raison qui doit nous permettre de décider. Quand on sait où on va, on a déjà fait un grand pas et ceci est vrai  pour l’apprentissage de la musique, également. Ensuite, est-ce que le chemin pourrait vous plaire? Pour savoir cela, vous pouvez découvrir  les diaporamas qui sont présentés dans le chapitre « extraits de la méthode COLIN » . Ensuite, dans la rubrique achat, vous pouvez entendre en détail la présentation de chaque série afin de bien saisir les différentes progressions.

Savoir à l’avance tout ce que la méthode va nous apporter, c’est important

Ici, vous pouvez découvrir le programme musical à l’avance grâce à l’écoute qui vous permet d’être certain(e) si le chemin peut vous passionner.

Ensuite, il faut comprendre que si des habitudes pianistiques indispensables ne sont pas développées dès le départ, l’apprentissage sera lent et surtout peu structuré.

6 mois avec un apprentissage qui manque de logique, c’est avancer lentement ou même souvent créer des freins qui empêcheront d’atteindre des habitudes importantes que le musicien doit acquérir après chaque morceau appris, et c’est surtout un investissement de temps pour peu de choses plus un vrai risque d’abandon si la progression piétine.

C’est pour cela qu’avant de choisir une pédagogie il faut donc connaître les objectifs parce qu’en fait:

- Tout le monde peut vous montrer où est le « do » et qu’elles sont les notes à utiliser pour apprendre tel morceau.

De cette façon, on pourra vous faire découvrir différentes partitions simplifiées.

Mais alors, quel est le problème?

Ce n’est pas réellement constructif parce que votre préoccupation ne doit pas être seulement de savoir si vous pouvez jouer ou pas, tel morceau. En effet, la principale de toutes les priorités serait de savoir juger votre progression en sachant personnellement mesurer vos acquis comme les différents déplacements, styles d’accompagnements, etc., ceci est nécessaire afin de connaître votre évolution musicale. En effet, sans une construction réelle de votre apprentissage, celui-ci piétine et encore une fois, ne pas comprendre où l’on va ne peut pas encourager à continuer sauf on se contente d’apprendre un morceau sans savoir si cette technique pourra être utilisée régulièrement.

Le but n’est pas d’apprendre aux personnes à mimer ou à pianoter des morceaux par coeur. Une vraie pédagogie doit vous proposer des étapes logiques grâce à un programme expérimenté. Mais comme j’ai expliqué un peu avant, cela dépend aussi de vos propres objectifs, et si vous attachez ou pas, de l’importance au temps que vous passez pour apprendre quelque chose.

Est-ce que le temps est important pour vous?

Avec la méthode COLIN, il y a l’idée de

« ne pas perdre son temps »,

sans perdre la qualité et même en la renforçant,

c’est-à-dire en apportant l’efficacité

Personnellement j’ai commencé à m’intéresser à la pédagogie, j’étais encore adolescent parce que je pensais qu’il devait exister certainement d’autres façons de développer en nous des facilités pour mieux mémoriser les mouvements, habituer l’oreille à certaines étapes et à apprendre à anticiper avec les yeux. Ensuite, je me suis dit que trop d’informations en même temps nuisaient à intégrer les choses naturellement et enfin j’ai pris conscience qu’on ne peut pas avoir la volonté d’avancer sans que le programme soit lui-même motivant et même davantage, c’est-à-dire encourageant, valorisant et passionnant.

Ensuite j’ai ouvert ma première école en 1979,  j’ai sorti un premier livre  en 1981  » Le musicien polyvalent « , et en 1985 une grande partie des principes de la méthode était développée et déjà bien expérimentée avec de nombreux élèves à Mâcon et dans la région de l’Ain. Mais, là où réellement j’ai pu développer davantage dans le détail c’était durant 5 ans à Bordeaux avec un succès extraordinaire plus de 250 élèves par semaine aidés aussi grâce une assistante Isabelle, qui m’a permis de tester chaque page, afin de vérifier  l’apprentissage des enfants et des adultes de tous âges, et ensuite j’ai ouvert une école sur Paris avec  très rapidement le même succès.

Ceci pour expliquer que la progression qui est proposée ici, n’a pas demandé des heures de préparation, mais des années, et c’est pour cela que je peux vous expliquer sans aucune inquiétude, que toutes les informations apportées sur ce site sont exclusivement le résultat d’expériences effectuées chaque année où l’apprentissage a été affiné durant des semaines et des longs week-ends. Ceci pour expliquer qu’en choisissant le programme qui est proposé ici, vous partez sur quelque chose de constructif en bénéficiant de toutes ces années de recherches pédagogiques.

Une des raisons du succès de la méthode:

l’élève constate très régulièrement qu’il devient

de plus en plus AUTONOME

grâce aux habitudes d’apprentissage

développées dans le programme

Rappel: même après 8 ans de piano, vous ne pouvez pas commencer même au niveau de la série 3, car vous ne profitez pas pleinement des techniques enseignées du fait que vous n’aurez pas pratiqué les 80 morceaux du départ. Vous devez avant la série 3, découvrir au moins une quarantaine de morceaux afin de développer beaucoup de choses en vous concernant les automatismes et les habitudes d’apprentissage, c’est-à-dire maîtriser au minimum la série 2.

Par conséquent, on peut seulement éviter la série 1 en demandant une petite révision quand on fait la commande si on a au minimum un niveau fin 2ème année de piano. Et, si on a un niveau plus bas et on commence obligatoirement par la série 1.

Il faut donc prendre conscience que même si vous décidez durant 6 mois d’effectuer des progrès seul avec n’importe qu’elle méthode de musique ou avec l’aide de quelqu’un et même un professeur de musique qui utiliserait une autre pédagogie, si vous voulez ensuite vous diriger vers la méthode COLIN, comme celle-ci développe un démarrage très particulier, vous serez obligé de démarrer à zéro du fait que vous aurez très peu de chance d’obtenir en 6 mois un niveau de fin 2ème année de piano.

L’idée principale de la méthode,

est de faire GAGNER DES ANNÉES,

tout en apportant la qualité

et sans supprimer aucune connaissance musicale

Quand on veut s’amuser à pianoter ou apprendre sans connaître les objectifs d’une méthode, et qu’on se rend compte au bout de 6 mois, que l’on a perdu du temps, on constate également qu’on a perdu également la MOTIVATION, ce qui est le plus important.

Il est réellement possible de rendre l’apprentissage facile sans supprimer les qualités pianistiques indispensables et sans supprimer les vraies connaissances de la musique.

D’autre part, si certaines personnes pensent que ce n’est pas grave d’avoir pratiqué durant des heures chaque semaine et ceci durant 6 mois pour ensuite se rendre compte que ce n’était pas l’idée qu’elles se faisaient pour leur progression, je suis persuadé que beaucoup d’autres estiment que 6 mois de leur temps, c’est important surtout si elles calculent qu’avec 3 ou 4 heures par semaines, elles totalisent plus de 80 heures en 6 mois.

LA GRANDE QUESTION QUE BEAUCOUP DE GENS SE POSENT

Pourquoi très souvent des personnes ont commencé le piano puis arrêté définitivement et même parfois après 4 ou 5 ans d’apprentissage ?

Ceci est expliqué dans le premier chapitre 1 ou j’explique que c’est la conception des morceaux qui permet de développer les qualités pour être « libre au piano » et devenir« un vrai musicien ». En effet, même avec un professeur, s’il ne choisit pas une vraie logique dans le choix technique des morceaux, en 4 ou 5 ans, vous ne serez jamais autonome et même si vous connaissez le solfège, car cela n’a rien avoir pour développer une expérience pianistique.

Si vous décidez de pratiquer la méthode,

vous verrez que rien n’est dit ni fait au hasard

et que les niveaux sont très bien définis

 

Les personnes que vous allez entendre jouer dans le chapitre  » enregistrement des élèves »sont des personnes motivées parce qu’elles constatent des progrès réels, mais surtout parce qu’elles ont compris les objectifs de la méthode et qu’elles sont très enthousiastes à l’idée de progresser avec le programme proposé.

Très important:

Vous vous passionnerez à la seule condition que vous puissiez reconnaître régulièrement la progression de vos techniques pianistiques.

Ce ne sont pas les morceaux qui donnent envie de continuer, c’est l‘envie de se surpasser, et du coup, les morceaux sont de plus en plus riches en mélodies, en rythmes et en harmonies.

Mais rappelons nous que pour être motivé il faut un chemin agréable, constater régulièrement des nouveaux acquis des techniques et comprendre de mieux en mieux les vrais objectifs à long terme que l’on va pouvoir réaliser.