L ‘interprétation

 

Cours de piano avec la méthode COLIN

LA MÉTHODE COLIN vous apportera au détail près, tous les mouvements à acquérir pour des belles interprétations, mais il ne faut savoir prendre le temps afin de bien maîtriser.

Rappelons qu’au départ c’est la capacité à jouer des morceaux très variés qui vous permettra de vous motiver à vous perfectionner.

Le principal c’est de considérer les mélodies comme des phrases. La musique, c’est de la communication.
Quand vous lisez un texte à haute voix, c’est important de savoir mettre le ton pour une meilleure compréhension du texte, mais également pour donner davantage de force dans les mots.
En musique, c’est pareil, les notes faibles, les notes fortes, la façon de monter en puissance ou d’alléger le touché, permettront de communiquer les émotions.
Parfois les accélérations ou les ralentissements sont également importants, et à ce moment-là, il faut jouer sans le métronome.
Un morceau, c’est aussi un style de musique + un ensemble de notes qui jouent des rôles différents. (Les styles d’accompagnements, les accords, les basses, les notes importantes, etc.)

Ensuite, votre façon de vous approcher des notes et du piano vous permettra de mieux gérer les sonorités.
Par exemple, il y a aussi les coudes, le mouvement du tronc, des doigts pliés ou pas trop pliés, allongés, le rôle de l’avant-bras, etc. M.COLIN vous apprend
à être attentif pour vérifier si vous êtes contracté(e) ou pas et tout au début à ne pas casser le poignet qui est la hantise de certains professeurs ou d’élèves débutants quand ils en font une idée fixe. Les techniques développées dans la série 1 sont justement conçues pour éviter tous les gros défauts.

En effet, si vous abordez trop tôt certaines techniques, vous tombez dans ce genre de piège (casser le poignet, c’est-à-dire descendre l’articulation plus bas que les doigts) parce que l’élève compense par des gestes non logiques pour réussir des passages compliqués. Quand on laisse le temps à l’élève d’évoluer avec des mouvements simples ou des mouvements où l’écart de doigts empêche cette compensation, on évite définitivement les graves erreurs de mains. L’idée est surtout d’empêcher les gros défauts, ensuite certaines contractions.

Dans la série 1, dès les premières leçons, la position des mains sera obligatoirement correcte, peut-être hésitante, mais correcte.

Pour réussir à jouer le programme des premières semaines vous serez obligé de PLACER LES DOIGTS avec une certaine logique en face de leur note respective.

Ensuite, il faut bien comprendre qu’il faut du temps et un certain nombre de morceaux pour progresser dans ce domaine et cela doit être mis en place étape par étape.

Vous prenez n’importe qu’elle élève au piano suivant des cours avec un professeur, quand vous le voyez jouer un morceau en deuxième année puis le même morceau quelques années plus tard, il y  aura toujours une différence. Même un concertiste vous avouera qu’il joue différemment par rapport à deux années en arrière. L’interprétation se travaille tout le temps, et plus on pratique, plus on évolue.

Par conséquent, il ne faut pas chercher à avoir dès les premiers mois une position de mains comme si vous aviez deux ou trois ans de piano derrière vous.

Le plus important c’est de prendre conscience qu’ensuite il faut toujours améliorer l’interprétation.